rss mort

Vous connaissez très probablement Feedburner, le service acquis par Google en 2007 pour 100M$ selon les rumeurs et qui permet aux blogs et aux autres sites de centraliser la diffusion de leurs flux RSS. Petite anecdote au passage, ce service a été créé par Dick Costolo, le fondateur de Twitter.

Aujourd'hui, le service Feedburner survit tant bien que mal sur la toile et n'apporte plus aucun chiffre d'affaire à Google depuis que l'option Adsense a été retirée de la plateforme en 2012. Sa feuille de style monocolonne de 800px "has been" commence à dater et plus aucun bug ne semble remonter dans le flux RSS des bugs connus depuis 2013. Tout fait penser que ce service va prochainement disparaître de la toile, comme de nombreux autres.

Feedburner est un problème pour Google, car le jour où ce service disparaît, c'est la majorité des souscriptions de flux sur la toile qui disparaissent. Aujourd'hui, si vous regardez de près les URL des flux RSS que vous suivez, la plupart ont des URL feedburner.

feedburner

Alors pourquoi Google continue-t-il à maintenir ce service opérationnel ? Quelle solution Google peut-il mettre en place pour éviter l'effet "Big Bang" lié la suppression de cette plateforme ?

Il est vrai que Google n'aime pas les flux RSS, car ils réduisent le nombre hit sur les pavés de publicité Adsense, cependant est-ce que le Web peut-il réellement fonctionner sans flux RSS ? Est-ce que le modèle vers lequel pousse Google suite à la suppression pure et dure du service Google Reader est un modèle vers lequel tout le monde veut aller ?

De plus en plus je me dis que nous utilisons le Web d'une manière différente des plus jeunes générations et que les flux RSS sont seulement utilisés par les papys de la toile. Les flux RSS sont donc voués à disparaître avec notre génération ? Est-ce que les réseaux sociaux peuvent réellement remplacer un bon vieux lecteur de flux RSS ?

Pour les webmestres qui veulent anticiper au mieux la mort prochaine de Feedburner, il existe une option cachée dans l'onglet "My Account" qui permet d'avoir la main sur l'URL exposée par Feedburner et de pointer sur son propre domaine.

feedburner

Cette option s'appelle "My Brand" et vous permettra en cas de mort subite de Feedburner, de récupérer tous vos derniers abonnés, mais pas vos abonnés les plus anciens malheureusement.

NB : Si jamais vous êtes abonné à ce blog via l'adresse feedburner de mon flux RSS, vous pouvez vous abonner sur cette nouvelle URL qui migrera toute seule le jour où Feedburner tombera : http://feeds.geeek.org.

Adieu RSS !


Update 22/09/2014 : Le mode de redirection DNS fourni par Feedburner ne semble plus fonctionner correctement.

cookies CNIL

Les cookies et autres traceurs espionnent vos longues heures passées sur Web. Certains réseaux sociaux, agences publicitaires, éditeurs suivent une grande partie de votre parcours numérique sur la toile sans que vous vous en rendiez compte. Sauf parfois, lorsque certains pavés publicitaires vous collent d'un peu trop près sur tous les sites sur lesquels vous allez.

C'est avec ce constat qu'une directive Européenne a été votée en 2011 afin de limiter les abus sur l'utilisation des cookies et d'offrir aux utilisateurs du Web plus de liberté et d'anonymat.

Cette directive Européenne appliquée en France par la CNIL rend actuellement Google Analytics illégal en France. L'ensemble des sites utilisant Google Analytics doivent suivre les recommandations de la CNIL pour demander l'accord préalable de l'utilisateur avant qu'un cookie ne soit créé sur son navigateur.

Les trois principaux types de cookies actuellement considérés comme illégaux par la CNIL sans un consentement préalable de l'utilisateur sont :

  • les cookies liés aux opérations relatives à la publicité ciblée ;
  • certains cookies de mesure d'audience (cas de Google Analytics);
  • les cookies des réseaux sociaux générés notamment par leurs boutons de partage lorsqu'ils collectent des données personnelles sans consentement des personnes concernées.

Si vous souhaitez voir les sites qui ne jouent pas le jeu, la CNIL met à disposition une application OpenSource pour analyser les échanges de cookie et identifier à qui profitent les cookies qui sont créés sur votre ordinateur. Cet outil s'appelle CookieViz et est disponible gratuitement sur le profil GitHub de la CNIL. Il consiste en un proxy capable d'analyser les échanges HTTP afin d'identifier qui crée les cookies et qui les utilise.

Il existe aussi d'autres solutions, non OpenSource, mais plus simples à utiliser comme le plugin Collusion disponible sur Firefox et Chrome.

Les premiers contrôles d'usage des cookies sur la toile seront réalisés à partir d'octobre 2014 par la CNIL. Google devrait donc peut-être proposer une solution d'ici les 15 prochains jours afin de simplifier la vie des millions de Webmestres utilisant Google Analytics.

Si ce n'est pas le cas, vous devrez choisir entre basculer sur Piwik (n'oubliez pas de suivre les recommandations de la CNIL sur la configuration de Piwik) ou d'ajouter un bandeau de consentement pour chaque nouveau visiteur


Crédits photo : University of Scranton Weinberg Memorial Library

google-logo-art.jpg

Cela faisait plusieurs mois que je n'avais pas pris le temps de faire un peu d'optimisation SEO sur mon blog. J'ai profité de la fin de mes vacances d'été pour réaliser quelques travaux de nettoyage et d'optimisation.

Depuis quelques mois, je pense avoir été la cible d'une pénalité Google. Mon trafic est en effet subitement descendu de 3200 visiteurs par jour à 800 visiteurs seulement. Ceci, sans aucune explication aucune de la part de Google.

  • Est-ce qu'un de mes très rares articles sponsorisés a été dénoncé sur le portail de Google ?
  • Ai-je été victime de "bad links" ?
  • Est-ce que le contenu ou la structure de mon site ne plait pas à Google ?
  • Ou alors ai-je trop de contenus dupliqués ?

Bref, bienvenue dans l'univers opaque et impitoyable du SEO ...

Sur la base de l'ensemble de ces questions sans réponse, voici les travaux réalisés en vue de retrouver le trafic Web perdu :

  • J'ai fait une passe sur mes 4000 articles, 20% d'entre eux avaient des images manquantes. Les images intégrées étaient au format "medium", ce format n'est plus compatible avec la résolution actuelle du blog.
  • J'ai adapté mon algorithme d'analyse des erreurs 404, il est désormais capable de récupérer tout un tas d'erreurs, presque tous.
  • J'ai analysé et corrigé 98% des erreurs d'indexation indiquées sur le Webmaster tools de Google.
  • J'ai identifié plusieurs domaines pointant sur mon site avec des mots clefs erronés et je les ai dénoncés à Google via l'outil de désaveux de liens mis à disposition des Webmestres.
  • J'ai supprimé l'affichage de l'URL des sites des auteurs de commentaires. Trop de commentaires en abusaient.
  • J'ai supprimé les 65 000 liens provenant d'un de mes autres sites : Flickrooster.com. J'avais malencontreusement mis un lien vers mon blog dans le footer du thème.
  • J'ai modifié la date de dernière mise à jour de l'ensemble des articles pour éviter les 302 "Not modified" au prochain passage du Spider Google.
  • J'ai revu les fréquences de rafraîchissement des données du Sitemap exposé. Je suis passé en "Weekly" sur les articles au lieu de "Daily".
  • J'ai supprimé le Sitemap spécifique pour Google News qui n'était pas exploité et qui s'affichait en erreur sur le portail Google Webmaster tools.
  • J'ai corrigé un bug de Dotclear (ma plateforme de blog) qui produisait des "duplicate content" très facilement sur les DefaultUrlHandler.
  • J'ai demandé à plusieurs sites d'arrêter de republier le contenu provenant de mon blog afin d'éviter les "duplicate content".

Le résultat de toutes ces optimisations s'annonce très encourageant :

statistiques-google-analytics.png

Je pense même avoir retrouvé le trafic perdu en 2013 ...

Cependant je n'ai aucune idée du critère qui m'a permis de récupérer les visites perdues. S'agissait-il d'une pénalité liée aux images manquantes ? Je vais attendre la fin de semaine prochaine avant de confirmer l'effet des optimisations réalisées, je reste cependant confiant.

Blogueurs, pensez à maintenir vos vieux articles ! Cela vous rapportera plus de trafic que d'écrire de nouveaux articles.


Crédits photo : Mark Knol

apache-cordova-google-analytics.jpg

Vous souhaitez profiter de la nouvelle API Google Analytics Universal.js pour tracer les événements de votre application cross-platform Cordova / Phonegap  ? Cependant, vous rencontrez des difficultés pour faire fonctionner Google Analytics dans votre application ? Voici la solution pour permettre à Google Analytics de fonctionner correctement avec les contraintes des frameworks de développement mobile Phonegap / Cordova.

Paramétrage du tracker

La première étape consiste à indiquer à Google Analytics que vous souhaitez suivre l'activité d'une application mobile lors de la création du "tracker".

option-app-mobile.jpg

Modification de la librairie Analytics.js

La seconde astuce est de copier la librairie Analytics.js fournie par Google localement au sein de l'application. Il vous faudra ensuite commenter le morceau de code suivant permettant d'empêcher la librairie de fonctionner dans un wrapper Cordova ou PhoneGap.

if("http:"!=a&&"https:"!=a)throw"abort";

Cette petite astuce vous permettra que la librairie Universal s'initialise correctement lors de l'inclusion de la librairie dans votre page.

Désactivation des cookies

La dernière astuce consiste à désactiver l'utilisation de cookie pour identifier l'utilisateur, les pages étant chargées depuis le "file://" il est impossible à Google Analytics de gérer des cookies.

Pour cela le code suivant est à déclarer après réception de l’événement DeviceReady transmis par Cordova dès que celui-ci est initialisé. Cet évènement est nécessaire pour pouvoir utiliser correctement la propriété "device.uuid" qui vous indiquera l'identifiant unique du terminal basé sur les données du matériel accessibles par Cordova / Phonegap.

ga('create', 'UA-XXXXXX-XX', {
 'storage': 'none',
 'clientId':device.uuid
 });

N'oubliez surtout pas d'ajouter les bonnes autorisations au niveau de votre projet pour pouvoir utiliser cette fonctionnalité de Cordova / Phonegap.

Une fois la librairie chargée, il ne vous reste plus qu'à inscrire les informations de version de votre application dans le contexte :

ga('set', {
  'appName': 'myAppName',
  'appId': 'myAppId',
  'appVersion': '1.0',
  'appInstallerId': 'myInstallerId'
});

Ces paramètres vous permettront de créer des filtres intéressants par version depuis l'interface de suivi des indicateurs de Google Analytics.

Pour tracer chaque page vue et chaque événement spécifique, il vous suffira d'appeler les fonctions suivantes :

ga('send', 'screenview', {'screenName': 'Home'});
ga('send', 'event', 'video', 'started');

Enfin, sachez qu'il est désormais possible de tracer les exceptions Javascript de votre application au travers d'un simple "handler" d'erreur, pour cela :

window.onerror = function (errorMsg, url, lineNumber) {
    ga('send', 'exception', {
      'exDescription': 'Error: ' + errorMsg + ' Script: ' + url + ' Line: ' + lineNumber,
      'exFatal': false
    });
}

Vous voilà prêt pour superviser votre application Cordova/Phonegap en production. Si vous souhaitez aller plus loin, sachez qu'il est aussi possible de superviser les temps de chargement et d'ajouter des champs personnalisés dans les indicateurs remontés à Google.

Vous pourrez vérifier que les indicateurs sont correctement collectés par Google au travers de la vue "Temps réel" proposée sur l'interface de suivi Google Analytics.

revue,blog,news,geek


bullet Abonnez-vous à ces revues par feed rss news geek ou par email news geek
bullet Découvrez les anciennes revues
bullet N'oubliez pas de me suivre sur Twitter, Facebook et Google+

revue,blog,news,geek


bullet Abonnez-vous à ces revues par feed rss news geek ou par email news geek
bullet Découvrez les anciennes revues
bullet N'oubliez pas de me suivre sur Twitter, Facebook et Google+

Si vous êtes à Nantes jeudi soir prochain et que vous souhaitez découvrir les possibilités offertes par les Google Glass, alors venez à la soirée Google Glass organisée par le GDG Nantes au Stéréolux.

La soirée se déroulera en deux temps :

1. Conférence :

  • Présentation des nouveaux usages liés aux Glass
  • Retour technique sur l'utilisation du kit de développement et des possibilités offertes.

2. Codelab :

  • Découverte du développement avec plusieurs paires de Google Glass mis à notre disposition. Attention le nombre de place pour le codelab est limité !


2014_03_13_ok_nantes.png

Venez-nombreux, l’événement est gratuit !

Mais n'oubliez pas de vous inscrire au préalable, les places sont limitées.
Pour les chanceux qui auront réussi à obtenir des places, n'hésitez pas à venir discuter avec moi si vous réussissez à me reconnaître.

Bluetooth_logo.jpg

Le Bluetooth semble prendre du terrain dans nos maisons grâce à la nécessité d'interaction entre nos objets connectés et nos terminaux mobiles.

Malgré qu'il soit encore assez rarement présent chez les constructeurs de matériel de domotique, je sens que la tendance risque de changer grâce à l'évolution des usages mobiles autour de la domotique.

Il est assez probable de voir le Bluetooth remplacer le Z-wave, le Zigbe, le chacon, le X11 ... dans un avenir proche. Si Google ou Apple s'introduisent plus fortement dans nos maisons, comme cela risque de bien être le cas avec Nest ,l'Apple TV... le thermostat connecté racheté récemment par Google, il y a fort à parier que le Bluetooth a de très beaux jours encore devant lui grâce au fait que ce soit un protocole supporté par les terminaux mobiles.

Parmi les acteurs des objets connectés, il y a la société française Withings qui a bien compris l’intérêt du Bluetooth et qui le propose dans tous ses produits pour simplifier leurs usages.

Quel sera le futur protocole de domotique / objets connectés qui mettra tout le monde d'accord ? Le Bluetooth sortira-t-il du lot grâce aux usages sur mobile ?

revue,blog,news,geek


bullet Abonnez-vous à ces revues par feed rss news geek ou par email news geek
bullet Découvrez les anciennes revues
bullet N'oubliez pas de me suivre sur Twitter, Facebook et Google+

WT_logo_vertical_pos.png

Le GDG Nantes en partenariat avec les Nantes WIT organisent le 6 mars leur premier "Women Techmakers Event"

Le "Women Techmakers Event" est un événement mondial proposé par Google dans le cadre de son programme Women Techmakers. Ce dernier va se dérouler à travers le monde pendant le mois de Mars. Afin de s'inscrire dans cette dynamique, le GDG Nantes conjointement avec les Nantes WIT organisent un de ces événements.

L'objectif des "Women Techmakers Event" est de mettre en avant le rôle de la femme dans l'informatique. Il n'est pas question pour autant d'exclure les hommes dans cette démarche mais juste de montrer des femmes à succès pour susciter des nouvelles vocations et prouver que la femme a tout à fait sa place dans ce monde d'hommes.

Cet événement organisé le 06 mars 2014 à partir de 18h30 est gratuit et ouvert à tous ! Bien que dans le titre il y ait le mot Women, il n'est pas réservé qu'à la gente féminine.

Au niveau du programme, il sera question d'entrepreneuriat avec Anaïs Vivion et de DevOps avec Claude Falguière.

Infos et inscriptions sur le site du GDG