revue,blog,news,geek


bullet Abonnez-vous à ces revues par feed rss news geek ou par email news geek
bullet Découvrez les anciennes revues
bullet N'oubliez pas de me suivre sur Twitter, Facebook et Google+

qarnot-computing.jpg

Vous savez peut-être que l'énergie utilisée pour refroidir les datacenters est colossale, c'est la raison pour laquelle Google expérimente des solutions alternatives pour refroidir ses serveurs. D'autres sociétés comme Qarnot Computing, font l'inverse, au lieu de tenter de refroidir leurs serveurs, ils proposent d'héberger leurs serveurs chez vous pour chauffer votre habitation à un coût avantageux.

Leurs serveurs en forme de radiateur sont reliés à un cluster de machines sur Internet et reçoivent des instructions de calculs depuis le réseau Internet. Un thermostat chez vous permet de contrôler la production de chaleur des CPU et de gérer l'occupation des CPU.

tech_ware.png

L'idée est très intéressante et permet d'économiser de l'énergie dans le refroidissement des serveurs. Dès que la fibre sera déployée partout, il est imaginable que ce type de solution puisse être déployée partout.

Les avantages de ce type d'hébergement sont nombreux :

  • Aucun coût de refroidissement.
  • Le coût de l'énergie consommée est mutualisable avec la personne qui utilise le service pour le chauffage de son habitation.
  • Les serveurs sont 100% distribués, les pannes sont plus fréquentes, mais moins impactantes.

Les inconvénients :

  • La bande passante des serveurs est limitée par rapport à un Datacenter.
  • Les serveurs ne fonctionnent qu'en période froide et leur capacité de calcul dépend de la température extérieure.
  • Le renouvellement et la maintenance du matériel sont complexes à réaliser.

Je pense que ce type de solution d'hébergement est l'avenir si aucune solution permettant de limiter la productions de chaleur des serveurs n'est trouvée. Google ou Amazon devraient probablement racheter cette société d'ici les trois prochaines années ;-)

Pour plus d'informations, rendez-vous sur le site de qarnot-computing.

revue,blog,news,geek


bullet Abonnez-vous à ces revues par feed rss news geek ou par email news geek
bullet Découvrez les anciennes revues
bullet N'oubliez pas de me suivre sur Twitter, Facebook et Google+

revue,blog,news,geek


bullet Abonnez-vous à ces revues par feed rss news geek ou par email news geek
bullet Découvrez les anciennes revues
bullet N'oubliez pas de me suivre sur Twitter, Facebook et Google+

chart-html5-test.png

Nous sommes dans une pleine phase de transition technologique où le HTML5 commence à être correctement supporté par l'ensemble des navigateurs Web du marché. Cependant, aucun outil de conception d'applications Web digne de ce nom n'a vu le jour pour le moment.

Nous ne voyons que des frameworks apparaître sur le marché : AngularJS, DART, Backbone, Node.js, xxxx.js ....

Qui sera le premier éditeur capable de réaliser un studio aussi puissant que le Flex Designer et capable de générer du HTML5 ?

Adobe serait-il sur le coup ? Ou est-ce Google ? Que fait Microsoft pendant ce temps là ?
Je pense qu'il ne s'agit plus qu'une question de mois avant de voir un IDE digne de ce nom apparaître sur le marché. Nous sommes en pleine phase de transition technologique, phase qui dure déjà depuis bientôt deux années.

Les "Rich Internet Applications" de la première décennie des années 2000 développées en GWT, Flex, RicheFaces, Silverlight ... ont intérêt à bien se tenir sous peine d'une migration forcée en HTML5 / Flat Design / RWD.

Tenez-vous prêts développeurs, apprenez le Javascript ou le DART ... qui sait ! ;-)

logo-devfest-2013.png

Vous n'étiez pas au Devfest Nantes 2013 le vendredi 8 novembre ? Voici une petite synthèse de l’événement.

Certains Parisiens pensent qu'il ne se passe rien d'intéressant en province et bien ils se trompent ! À Nantes, on a aussi notre Cantine Numérique, nos soirées JUG, notre GDG, nos First Jeudi et notre Devfest annuel (à ne pas confondre avec le Hellfest qui n'a rien à voir).

La seconde édition du DevFest Nantes, c'était :

  • 300 participants motivés.
  • Un agenda bien chargé avec 26 sessions.
  • 30 speakers passionnés.
  • Une journée passionnante.
  • Des organisateurs qui avaient la niaque !

J'ai utilisé mon invitation de blogueur pour profiter au maximum de la journée et échanger avec les speakers présents, notamment :

  • François Beaufort, évangéliste HTML5 de Google qui m'a gentiment fait testé son Chrome Book.
  • Guillaume Campion, expert Google Glass d'AMA qui m'a gentiment fait testé ses lunettes.
  • Thomas Belin de DoYouBuzz.
  • Guillaume Giroux et Nicolas Francois de SFEIR.
  • Romuald Rozan de Intel qui m'a gentiment fait testé ses téléphones Tizen.

Je remercie Jean-François Garreau et le GDG Nantes pour l'organisation de cet événement qui prend de plus en plus d'importance dans la région Nantaise.
Je remercie aussi les sponsors de cet événement et bien sûr l'Epitech de Nantes qui a accueilli l'ensemble des participants pendant toute cette journée et qui a mis en place une équipe d'étudiants très dynamique pour gérer la logistique de l'ensemble de la journée.

Pour les absents qui ont toujours tort, voici un petit lot de photos de l’événement :

Un petit clin d’œil à JCFrog qui était présent à l’événement, mais qui n'a malheureusement pas chanté avec sa guitare et à Yohann de l'excellent blog blog-nouvelles-technologies.fr que j'ai pu rencontrer physiquement lors de l’événement.

Enfin, voici les vidéos de quelques-unes des sessions, les autres vidéos devraient être publiées d'ici les prochains jours sur la chaîne Youtube du GDG.

Google Glass : retours d'expérience après 6 mois

Play Store bashing, apprendre des erreurs des grands

AppEngine: la platforme ideale pour lancer une startup

À quoi sert un designer?

Web Components, l'avenir des développeurs web

AngularJS: making a browser a better development platform

revue,blog,news,geek


bullet Abonnez-vous à ces revues par feed rss news geek ou par email news geek
bullet Découvrez les anciennes revues
bullet N'oubliez pas de me suivre sur Twitter, Facebook et Google+

android-kitkat-chromium.jpg

Google, lors de la conception d'Android KitKat, a fait le choix de mettre à la poubelle l'implémentation actuelle de la Webview embarquée dans le SDK Android. Ceci pour le bonheur des développeurs Web mobile.

Cette Webview, fournie par le SDK Android, permet aux développeurs d'afficher des pages HTML au sein de leurs applications Android. C'est aussi la brique centrale du framework Cordova permettant de compiler des applications mobiles natives embarquant du code HTML5.

Cette implémentation de Webview ayant une mauvaise réputation auprès des développeurs Web, Google a pris la sage décision de la remplacer par une implémentation Chromium. Chromium étant une version OpenSource du cœur de Google Chrome que l'on retrouve aujourd'hui partout, même sur mobile.

Les développeurs Web vont pouvoir désormais bénéficier d'un outil de débogage à distance permettant de déboguer le rendu des pages Web d'un terminal Android directement depuis un Chrome sur PC. De la même manière que ce que propose Blackberry 10 au travers de l'outil Weinre.

android-remote-debug-overview.png

Android KitKat devrait donc pouvoir apporter une meilleure stabilité, performance et garantir une meilleure compatibilité du rendu des sites sur smartphones et tablettes.

Cette annonce devrait réjouir tous les développeurs de sites Web mobiles et d'applications cross-platform comme Cordova. Il faudra cependant attendre encore quelques années avant d'avoir 100% de terminaux KitKat et supérieur sur le marché.

android-kitkat.jpg

Vous l'avez certainement lu dans sur les blogs spécialisés Android, Android KitKat dispose d'une nouvelle machine virtuelle Java qui disposerait de performances beaucoup plus importantes que la machine virtuelle Dalvik intégrée depuis la première version d'Android.

Cette nouvelle VM, nommée ART, est proposée dans Android KitKat à titre expérimental comme l'explique la page officielle sur Android.com. Il faudra certainement attendre Android 5.0 pour voir la VM ART comme VM par défaut sur Android.

En attendant, les développeurs ont la possibilité de tester cette nouvelle VM pour leurs applications. Ils peuvent pour cela activer cette VM depuis la page de paramètres "Développeur" de leur tablette / émulateur. À condition bien sûr que le constructeur de la tablette ait activé cette option lors de la compilation du firmware, ce qui ne sera pas forcément le cas sur toutes les tablettes KitKat qui seront commercialisées.

ART.png

Cette nouvelle VM fait suite au rachat de Flexycore, une société rennaise que j'avais rencontrée au Mobile Word Congress en 2011 et qui a été récemment rachetée par Google contre la bagatelle somme de 16,9 millions de dollars.

Le byte-code supporté par cette nouvelle VM est bien du DEX, mais réorganisé différemment au sein d'un fichier OAT comme l'explique ce fil de discussion technique sur le sujet.
Un convertisseur dex2oat est proposé dans le code source d'Android KitKat. Il sera donc possible pour un terminal Android de convertir le code d'une application existante en code OAT optimisé pour la nouvelle VM ART.

En terme de performance, un lecteur XDA a partagé un Google document traçant les résultats de ses tests performances de cette VM. On peut constater un gain de l'ordre de 30% sur l'émulateur dans le cadre d'une application faisant des tris de listes de données.

art-performances.png

Il y a trois ans, on pouvait constater des performances beaucoup plus importantes entre la VM DroidBooster de FlexyCore et la VM Dalvik comme le prouve cette vidéo. Je suis impatient de voir les résultats des benchmarks sur de réels terminaux avec de réelles applications. La VM Dalvik a subi de nombreuses optimisations depuis 3 ans : JIT, cache ...

Il est très probable de voir la VM ART activée par défaut dans Android 5.0. Les problèmes de fluidité d'Android ne seront bientôt plus qu'un vague souvenir pour ses utilisateurs.

Remarque : Est-ce que l'intégration d'ART dans Android serait l'une des raisons des départs de Andy Rubin, leader de l’équipe Android et de Romain Guy, un célèbre développeur de l’équipe Android ?


Source de la copie d'écran : Frandroid

google-fonts.png

Vous souhaitez remplacer la bonne vieille police Arial de votre site Internet et vous n'avez pas encore d'idée de la police vous allez retenir ?

Voici une solution simple et rapide permettant de changer les polices de votre site Internet avec les polices disponibles sur Google Fonts.

Il s'agit de l'extension Google Font Previewer pour Chrome disponible gratuitement sur le Chrome Web Store.

google-chrome-font-previewer.jpg

Une fois installée, cette extension vous permettra de tester un clic le rendu de votre site avec la police de votre choix parmi les nombreuses polices mises à disposition par Google.

N'hésitez pas à utiliser la fonctionnalité de gestion des favoris proposée par l'extension afin de réaliser une première sélection à chaud avant de finaliser votre choix parmi l'ensemble des polices pré-sélectionnées.