cookies CNIL

Les cookies et autres traceurs espionnent vos longues heures passées sur Web. Certains réseaux sociaux, agences publicitaires, éditeurs suivent une grande partie de votre parcours numérique sur la toile sans que vous vous en rendiez compte. Sauf parfois, lorsque certains pavés publicitaires vous collent d'un peu trop près sur tous les sites sur lesquels vous allez.

C'est avec ce constat qu'une directive Européenne a été votée en 2011 afin de limiter les abus sur l'utilisation des cookies et d'offrir aux utilisateurs du Web plus de liberté et d'anonymat.

Cette directive Européenne appliquée en France par la CNIL rend actuellement Google Analytics illégal en France. L'ensemble des sites utilisant Google Analytics doivent suivre les recommandations de la CNIL pour demander l'accord préalable de l'utilisateur avant qu'un cookie ne soit créé sur son navigateur.

Les trois principaux types de cookies actuellement considérés comme illégaux par la CNIL sans un consentement préalable de l'utilisateur sont :

  • les cookies liés aux opérations relatives à la publicité ciblée ;
  • certains cookies de mesure d'audience (cas de Google Analytics);
  • les cookies des réseaux sociaux générés notamment par leurs boutons de partage lorsqu'ils collectent des données personnelles sans consentement des personnes concernées.

Si vous souhaitez voir les sites qui ne jouent pas le jeu, la CNIL met à disposition une application OpenSource pour analyser les échanges de cookie et identifier à qui profitent les cookies qui sont créés sur votre ordinateur. Cet outil s'appelle CookieViz et est disponible gratuitement sur le profil GitHub de la CNIL. Il consiste en un proxy capable d'analyser les échanges HTTP afin d'identifier qui crée les cookies et qui les utilise.

Il existe aussi d'autres solutions, non OpenSource, mais plus simples à utiliser comme le plugin Collusion disponible sur Firefox et Chrome.

Les premiers contrôles d'usage des cookies sur la toile seront réalisés à partir d'octobre 2014 par la CNIL. Google devrait donc peut-être proposer une solution d'ici les 15 prochains jours afin de simplifier la vie des millions de Webmestres utilisant Google Analytics.

Si ce n'est pas le cas, vous devrez choisir entre basculer sur Piwik (n'oubliez pas de suivre les recommandations de la CNIL sur la configuration de Piwik) ou d'ajouter un bandeau de consentement pour chaque nouveau visiteur


Crédits photo : University of Scranton Weinberg Memorial Library

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.